Succes Stories

Témoignage Marina Blandini

By 12 juin 2019 No Comments
Témoignages

Photos : Jörg Steffens Photography. Marina Blandini est photographiée.

« Avec chaque session de Rolfing® je découvrais quelque chose de neuf à propos de mon corps et du monde qui m’entoure, ma vision s’élargissait… tout comme ma photographie. J’ai atteint un état de bien-être totalement nouveau. Le Rolfing® a changé ma vie. Il a résolu mon mal de dos et m’a ouvert à la possibilité de marcher sans douleur », nous dit Andrea Sciré

Je suis en train de parler à Marina Blandini, Rolfer™ certifiée et praticienne de Rolf Movement™  et à son client,  Andrea Sciré(39 ans), tous les deux installés en Sicile, Italie.

Enseignante, chorégraphe et défenseur[e] passionnée de la danse et du mouvement, Marina s’est certifiée comme  Rolfer™ en 2002. Pratiquant l’art du mouvement depuis plus de 40 ans, Marina a travaillé avec le Conservatoire Duncan à Prague, avec l’Université de Danse de Rio de Janeiro et de Salvador de Bahia, avec l’AFDAS en France et le Centro di Psicoterapia Transazionale Poiesis à Catania. Elle a ouvert le  Centro Studi L’Arte del Movimento en Sicile, et son travail de chorégraphe et d’artiste video a été exposé dans le monde entier.

Designer web et expert en branding [positionnement et image des marques], Andrea a acquis une renommée internationale cette année pour ses photographies de rue en remportant la médaille d’or dans la compétition PX3 2017 à Paris, France, pour son travail « White Souls [Âmes blanches] ».

Qu’est-ce qui vous a amené à essayer le Rolfing®? Demandais-je à Andrea.

Il y a cinq ans, on m’a diagnostiqué trois hernies dans le dos. Elles contraignaient ma colonne vertébrale et généraient une douleur importante dans mon dos et mes jambes. Pendant deux ans, j’ai dû rester alité chez moi parce qu’il était difficile de quitter la maison et de marcher.

Alors que mon travail me confine à une chaise de bureau, ma passion -la photographie de rue- implique que je marche pendant des kilomètres à l’affût d’un imprévu. Chaque session de photographie de rue était rendue traumatique par la douleur que je ressentais ensuite.

Les tâches quotidiennes devinrent problématiques et je m’orientai vers les médicaments, de la cortisone et des dérivés opiacés, pour arrêter la douleur. Ces drogues induisirent un état étrange dans mon esprit. Je devins très chaotique et comme étranger à ma propre vie.

C’est mon neurochirurgien qui a été le premier à me recommander le Rolfing® mais c’est mon patron qui mentionna, un jour, Marina dont nous publiions une interview dans le magazine Sto Bene. Je l’ai appelée et ai commencé le Rolfing® avec elle.

Aviez-vous essayé d’autres thérapies avant le Rolfing®?

Je viens d’une famille de médecins et j’ai donc d’abord essayé la médecine traditionnelle. Comme une des hernies se trouvait à l’intérieur de la moelle épinière, mon neurochirurgien se prononça contre la chirurgie ; il estimait que c’était trop risqué, cela aurait pu m’envoyer dans un fauteuil roulant.

Finalement, l’année dernière, je me suis fait retirer mes hernies par un traitement vertébral non-invasif TVNI. Bien que la raison mécanique de ma douleur ait disparu, les nerfs vertébraux qui assuraient la connexion avec mes jambes étaient endommagés. Mon neurochirurgien m’a recommandé de continuer le Rolfing® parce que c’est la seule manière de m’aider à rester en bonne santé, à maintenir ma posture et à empêcher une nouvelle hernie de se développer.

Est-ce que vous êtes encore Rolfé®?

Oui. Je fais trois sessions de Rolfing®. avec Marina tous les six mois pour consolider les résultats.

Marina ajoute :

J’ai également conseillé à Andrea de faire plus de Rolf Movement™, pour travailler davantage sa coordination. Quand Andrea est venu me voir il y a quatre ans, il était évident qu’il avait un esprit brillant, mais il était complètement séparé de son corps. Andrea n’avait aucune connaissance de son corps, il n’avait jamais fait aucun travail de mouvement, il n’avait jamais fait d’exercice.  On a donc commencé dès le départ par créer cette nouvelle relation au corps, et ensuite, une fois qu’on a fini le premier cycle de Rolfing®, je lui ai dit de venir tous les six mois. Il y a eu une année où Andrea n’a fait aucune session et la douleur est revenue. Alors, une fois qu’Andrea a réalisé qu’en quelques sessions de Rolfing® nous pouvions résoudre cela, il a commencé à venir tous les six mois. Nous allons un peu plus loin à chaque fois. Au début, la douleur a diminué et maintenant, elle a complètement disparu.

Avec le  Rolfing® Structural Integration, vous pouvez vraiment modifier les tissus, pour redonner du mouvement là où c’était contracté et limité. Avec le Rolf Movement™,vous allez apprendre à la personne à faire le meilleur usage de son corps pour qu’elle travaille de manière fonctionnelle, avec aisance et sans tension. C’est important pour quelque qu’un avec la pathologie d’Andréa puisque nous avons dû complètement reprendre sa coordination à zéro. Le Rolf Movement™ joue sur la perception et la coordination, en particulier laproprioception: l’aptitude à vous percevoir vous-même. Nous apprenons aux gens à reconnaître les automatismes qui ne leur sont d’aucune aide, ces mouvements corporels qui ne sont pas consciemment contrôlés, et à remodeler leur cerveau et leur système nerveux pour gagner une plus grande amplitude de mouvement.

A quels résultats a pu vous conduire le Rolfing® ?

J’étais comme un homme dont la tête et le corps étaient déconnectés ! J’étais incapable de faire même des tâches simples. Petit à petit, j’étais étonné des résultats obtenus avec le Rolfing®. Aujourd’hui je suis heureux tous les jours. Je regarde le monde d’une façon différente et je suis capable de marcher dans les rues sur des kilomètres sansme fatiguer. Je suis plus souple et peux rester debout pendant des heures sans douleur de dos.

Marina :

Andrea dit que le Rolfing® a élargi sa vision, et son regard est d’une importance majeure pour lui, en tant que photographe ! Vous savez, même la manière de regarder un écran peut avoir un impact à un niveau musculaire ou physique. Si vous regardez quelque chose très intensément, comme le font beaucoup de web masters et de photographes, vous faites d’une certaine façon un triangle avec la gravité. Votre centre de gravité avance et cela peut vous sortir d’un alignement gravitaire.

Est-ce que le Rolfing® a résolu les choses immédiatement ?

Chaque session me donne un nouvel état de bien-être. Mon corps est aligné, je m’assoie et me lève avec plus d’aisance et je peux anticiper l’apparition de la douleur. J’ai obtenu une plus grande sérénité.

Marina :

On a obtenu des résultats immenses dans la toute première session. J’ai posé une question à Andrea, « Quel est votre métier ? ». Lorsqu’il a dit qu’il était web master, j’ai dit « Aha ! Vous êtes assis entre 12 à 16 heures par jour, immobile face à l’écran, n’est-ce pas ? ». Je lui ai demandé de me montrer comment il s’asseyait et bien sûr, sa position assise était en train de compresser lourdement son dos et il était en train de créer une pression entre les vertèbres. Apprendre à Andrea comment s’asseoir a donné déjà des résultats immédiats. Je crois que c’est là qu’une grande fenêtre s’est ouverte dans l’esprit d’Andrea, l’idée que quelque chose est bien possible.

Est-ce que le Rolfing® vous a surpris, d’une manière ou d’une autre ?

Le Rolfing® me surprend tout le temps, après chaque session je suis plus en contact avec le sol et je peux sentir la gravité qui m’aide. Maintenant c’est comme si le sol était en train de repousser mes pieds vers le ciel !

Depuis que vous avez complété la série de 10 sessions de Rolfing®, est-ce que votre approche de la vie a changé de quelque façon que ce soit ?

J’ai appris la manière correcte de m’asseoir, de me lever de mon bureau… J’ai changé mes actions. Je fais aussi un exercice dans lequel je marche à quatre pattes, et cela m’aide à me sentir bien le reste de la journée.

Très important pour moi : ma vision est plus large. J’ai appris à amener ma tête vers l’arrière de manière que ma posture soit plus alignée et centrée.

Marina développe :

L’exercice de ‘la marche à quatre pattes’ montre immédiatement où vont les courbes principales de la colonne, si elles sont alignée correctement ou pas. Nous avons trois courbures physiologiques qui sont extrêmement importantes : la courbure lombaire, la thoracique et la cervicale. Elles doivent être dans la position correcte, et si elles ne le sont pas, toutes les connexions se défont. En mettant quelqu’un dans la position à quatre pattes, vous obtenez cela immédiatement, vous pouvez leur faire percevoir ce qu’ils font correctement ou incorrectement, et vous pouvez suggérer comment bouger mieux, d’une façon fonctionnelle. Quand le client se lève, la différence dans sa marche normale est sidérante. Vous pouvez remodeler le cerveau pour obtenir le mouvement controlatéral que vous faites dans la marche habituelle avec une posture du dos correcte. Quand les courbures principales sont à leur place, la marche à quatre pattes est beaucoup plus facile, ample, sans effort.

Quand Andrea est venu me voir, il s’asseyait très en arrière face à son ordinateur et la courbure lombaire était effacée. Il y avait une seule grande courbure du sacrum à la tête, et quand Andrea marchait, il marchait avec cette courbure. Le sacrum, ou sa « queue », si vous voulez, était entre ses jambes. J’aime utiliser l’image du chien heureux remuant sa queue vers le haut. Quand Andrea marchait, il tenait en quelque sorte son sacrum un peu entre ses jambes et l’action résultante était plus courte et plus difficile. En ouvrant la relation aux trois courbure principales du dos, Andrea a pu lâcher cette tenue et marcher avec beaucoup plus d’aisance. Les articulations se sont ouvertes et ont demandé moins d’effort. Le mouvement est devenu plus dynamique et léger.

J’ai recommandé à Andrea de faire l’exercice à quatre pattes pendant une minute par jour.

L’exercice à quatre pattes est-il un peu comme un bouton de réinitialisation pour corriger la posture ? Je demande à Marina.

Exactement. C’est comme revenir au temps où vous appreniez à ramper. C’est en rampant que le mouvement homo-latéral amène de la structure au cerveau, quand les enfants sont en train d’établir leur mouvement controlatéral. La plupart des personnes qui marchent avec leur queue entre les jambes ne bougent pas leurs bras, ils n’utilisent que leurs jambes. Ils n’utilisent pas leur colonne vertébrale, la torsion de la colonne, ou le relâchement de la colonne, pour aider à propulser le mouvement.

On dit que la personne moyenne marche autour de dix mille pas par jour. Si vos jambes pèsent dix kilos, alors vous soulevez  dix mille kilos par jour, soit sans effort, soit avec un effort énorme. C’est immense ! Si la coordination motrice est correcte et votre corps est bien centré, alors la plupart de ce travail se fait grâce à la gravité, l’inertie et une loi de la physique qui semble tout faire bouger de façon autonome. C’est fantastique, n’est-ce pas ?

Leave a Reply